item1
item1

Le projet HSLF

item1
item1
item1

Nouvelle page

Le projet HSLF

pourquoi ? comment ? où en est-il ?

item1
item1
item1

Une fois l'existence de plusieurs langues en France acquise, il me paraît important d'en faire une histoire sociale, c'est-à-dire une histoire de leur emploi - ce terme pris dans un sens large - par les locuteurs respectifs. A mon avis, il faut distinguer plusieurs cas de figure qu'il convient de traiter (plus ou moins) séparément :

  • - les langues minoritaires autochtones ("langues régionales")
  • - les langues de l'outre-mer
  • - les langues de l'immigration, récente et moins récente. En général, ces langues ne sont pas "territorialisées".

Compte tenu de leur importance historique, les langues du premier groupe me semblent devoir être traitées d'abord notamment afin d'aiguiser les outils théoriques et méthodologiques.

Il me semble que le point de départ historique doit être, dans chaque cas, le moment où une langue/variété entre en contact avec le français. Mais il est clair que l'intérêt principal se porte sur les deux derniers siècles.

Pour chacune d'entre elles, il faudrait dresser un inventaire qui traiterait au moins les points suivants (j'en oublie certainement) :

  • - l'aire géographique et ses modifications
  • - emploi oral, exclusif ou en concurrence avec d'autres langues, et son évolution
  • - évolution du prestige oral
  • - évolution et importance de l'emploi écrit
  • - formes anciennes de « normativisation » (élaboration de formes référentielles)
  • - évolution du prestige écrit
  • - séquences historiques de coexistence avec et substitution (partielle) par le français
  • - mouvements de renaissance linguistique et culturelle
  • - rapports sociaux avec d'autres langues que le français
  • - évolution interne des langues, influences du français, mais également influences qu'elles exercent sur le français.

Ce schéma sera à nuancer dans le cas des langues de l'immigration, car dans ce cas, les centres de ces langues se trouvent ailleurs, il faudra donc tenir compte des dépendances de ces centres respectifs.

Il faudra, de toute façon, tenir compte des deux grands changements dans l'histoire des langues parlées en Europe (occidentale), à savoir l'émancipation des langues parlées du latin au XVe siècle (Villers-Cotterêts, etc.) et l'avènement du nationalisme à partir de la Révolution Française, qui changent les données sociales.

Surtout pendant les deux derniers siècles, les mouvements sont très contradictoires :

  • - installation sociale du français,
  • - réactions renaissantistes,
  • - contradiction entre différents modèles de société,
  • - relations centre-périphéries,
  • - mais aussi le début des relations des périphéries entre elles. Surtout pour cette dernière partie, il faut prévoir une démarche à plusieurs niveaux.

 

Le projet HSLF a été mis en œuvre à l'initiative de l'Association Universitaire des Langues de France (AULF).

logodglflf1Il est soutenu par la DGLFLF :

Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France

Ministère de la Culture et de la Communication

item1

Chercheur invité

item1
item1
chêne 157 b

Infos

Le colloque de Montpellier

Le colloque de Paris

Les auteurs vont être prochainement contactés en vue de la mise en œuvre du projet HSLF

MAJ : décembre 2008

© : les auteurs 2005-2008

Contact

❘❘" ❘❘"
 

Présentation du projet d'Histoire Sociale des Langues de France (HSLF)

 

L'architecture du projet HSLF

 

Le Comité Scientifique HSLF

 

Pierre Encrevé : Les droits linguistiques de l'homme et du citoyen

 

Séminaire à Paris-Sorbonne : intervention de Georg Kremnitz

 

Le projet HSLF : la phase concrète

 

Les langues de France au Salon Expolangues 2008

 

Les langues de France : Vitalité sociolinguistique et dynamiques culturelles

 

Les Actes du colloque de Montpellier

 

Le colloque de Paris-INALCO : les résumés

 

Georg Kremnitz : Le projet d'une Histoire Sociale des Langues de France : Présentation et questions de méthode

 

Gabriel Bergounioux : Histoire sociale de la linguistique, histoire de la linguistique sociale

 

Henri Boyer : Le sociolinguiste peut-il / doit-il être neutre ?

 

Marie-Christine Hazaël-Massieux : Un peu d'histoire pour comprendre structures et statuts des créoles français

 

Salem Chaker : Pour une histoire sociale du berbère en France

 

Fañch Broudic : La pratique du breton de l'Ancien Régime à nos jours : méthodologie, résultats, perpsectives

 

Jean-Michel Eloy : Permanence et résurgences des langues d'oïl contre la langue du pouvoir : quel sens social ?

 

Michel Bert : Occitan et franco-provençal dans le Massif du Pila

 

Jean-Baptiste Martin : Le laboratoire franco-provençal

 

Francis Favereau : Bref état des lieux aux confins de l'histoire sociale du breton

 

Le débat : Méthodologie et objectifs

 

Pour contacter le Comité Scientifique HSLF